vous êtes ici:  
connexion
PROMO

Manjakamiadana

publié le 17/08/2010 - 20h57, par TAKARIVA / Takariva Webmaster

   
   
   
   
   
votez :  
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte

Manjakamiadana-Fabio Manjakamiadana-Fabio


Sur le côteau bleui par des ombres sereines
Que la lueur du jour naissant faisait plus pur,
J'ai cru voir, ce matin, découpé dans l'azur,
Plus beau que chaque jour le Palais de la Reine.

Alors, ivre de rêve et d'amour à la fois,
Mon âme s'en allait, de chagrin oppressée,
Vers ces âges lointains que chacun porte en soi
En voyant ces témoins des époques passées.

C'est l'antique Palais de nos rois d'autrefois,
Taillé dans le granit au front de notre ville,
Et qui, depuis cent ans, sur la Cité des Mille,
" Sentinelle debout, veille comme un beffroi ".

Il est beau, le matin, serti dans la verdure,
Sous le ciel du printemps ou celui de l'hiver,
Lorsque son toit d'ardoise à demi-découvert
Se montre dans la brume aux fines dentelures.

Ses quatre tours, couleur du temps, au front hautain,
Gardant dans leur granit un pli grave et sévère,
Evoquent tendrement à qui les voit de loin
La ville endormie à son ombre tutélaire.

> Et l'on entend monter la nuit, au bruit du vent,
Des milliers de maisons dont il garde la troupe
Un murmure plaintif comme un vague et vieux chant,
Lointain, perdu là-bas, du côté de l'Ikopa.

Mais, las ! tout en gardant son maintien digne et fier,
Le palais aujourd'hui regarde un oeil triste
Ses remparts noircir et les chiendents pousser vert
Sur les débris disjoints de ses pavés de schiste :

Ses ruelles en pente aux contours détournés
Sur qui, en gais festons, s'arquent les bougainvilles
N'entendent plus parmi les cents bruits de la ville
Que quelques voix d'enfants aux timbres enroués.

Ses abords où jadis aimaient à se poursuivre
Courtisants et soldats sont aujourd'hui déserts,
Car vers la ville basse se ruant pour vivre,
La foule a déserté ces lieux sacrés et chers ;

Et le Palais n'est plus qu'un souvenir qui trace
De ses lignes de pierre un portrait effacé,
Le portrait éternel de notre vielle race
Qui clame encor par lui les fastes du passé.

( Les Fleurs de l'Ile Rouge)

Régis RAJEMISA-RAOLISON


plus d'infos
+ d'articles
commentaires


évenements
évenements mode
accueil
actus
news
vaovao Mada
internationnal
serie-E
droits et devoirs
sciences
mozika
artiste
tête à tête
zoom star
découverte
mozika malaza
gasy award
m@gasy
anatry ny ntaolo
tradition à la superstition
fantatrao ve
lalao
kabary
fashion
fashion victim
metiers de la mode
fashion mada
fashion eu
club
le blog
fun
messages
contributions
servives+
adresses utiles
annonces
medias
movies
samples
diaporamas
Sport
l'hebdo gratuit
Sport n°
Sport chez vous
tout Sport en PDF
où trouver Sport ?
B2B



accueil | actus | mozika | m@gasy | club | services+ | médias



Plan du site
Accueil:   lien1 , lien2 , lien3 , lien3 , lien3 , lien3 , lien3
Actus:   lien1 , lien2 , lien3 , lien3 , lien3
Mozika:   lien1 , lien2 , lien3 , lien3
M@gasy:   lien1 , lien2 , lien3 , lien3 , lien3 , lien3 , lien3 , lien3
Club:  lien1 , lien2
Divers:   lien1 , lien2 , lien3
Blog:   lien1 , lien2 , lien3

Copyright © 2008 Takariva Tous droits réservés